Entrevue avec Daniel Gingras: Combattre les odeurs

PM: Bonjour à tous, pour ce nouvel article j’ai la chance d’avoir avec moi Daniel Gingras, biologiste et propriétaire de l’entreprise Entretien sans souci. J’ai décidé d’inviter Daniel aujourd’hui car il offre un service qui permet d’éliminer beaucoup de problèmes, surtout au niveau des odeurs, pour les propriétaires. Nous sommes actuellement dans une période de grandes chaleurs et, lorsqu’il commence à faire chaud, dans un immeuble les problèmes commencent à ressortir. Nous venons aussi de traverser la période du 1 juillet et c’est souvent à ce moment que les odeurs ressortent avec les mouvements des nouveaux et anciens locataires. L’urine de chat, les insectes, la cigarette sont quelques-unes des odeurs qu’il est possible de retrouver. Vous avez des produits et services à travers le Québec comme intervention de départ. Peux-tu nous expliquer comment l’entreprise peut aider les propriétaires sans se lancer dans des coûts de décontamination énorme?DG: Nous offrons des produits et services afin d’enlever les odeurs. Il s’agit vraiment d’une neutralisation et non de parfums et masquants qui, malheureusement, ne donne pas les résultats voulus pour les propriétaires. En contrepartie, si ces derniers choisissent de faire affaire avec nous, nous allons être en mesure de leur vendre des produits qui sont de véritables neutralisants et leur donner des conseils sur la façon de procéder le plus efficacement possible.PM: Vous donnez donc des techniques sur l’application et l’utilisation. Pour commencer, qu’est-ce qui a fait en sorte que tu te retrouves dans le domaine des odeurs?DG: Je suis aussi dans le domaine de la gestion parasitaire et, parfois, en effectuant ce service, nous nous heurtons à des endroits où il y a des cadavres d’animaux. Nous avions donc un sérieux problème d’odeurs de carcasses d’animaux chez un de nos clients qui était propriétaire d’immeuble. Nous avons trouvé les sources et c’est à ce moment que cela a commencé car je cherchais des solutions pour résoudre le problème. J’ai rencontré quelqu’un qui est un grand spécialiste des odeurs au Québec et il m’a expliqué les techniques et les produits. J’ai appris de cette personne et aujourd’hui j’aide les propriétaires d’immeuble à régler leurs problèmes d’odeur de façon définitive et sans retouche la plupart du temps.PM: Un des problèmes les plus fréquents que nous rencontrons est l’odeur de cigarette. Peux-tu nous donner un exemple de la démarche que vous suivez afin d’éliminer l’odeur dans un logement?DG: Il s’agit d’un excellent exemple qui arrive assez fréquemment. L’idéal est de ne pas peinturer du tout avant la procédure, nous avons un produit que nous recommandons aux gens de se procurer qui fera le travail et, la plupart du temps, les propriétaires sont en mesure de s’en servir.« Il n’y a pas de danger pour la santé des locataires, aucun produit n’est dangereux et il n’y a aucun danger à rester dans la pièce après l’application. » – Daniel GingrasPM: Une fois que nous nous sommes procurés le produit, comment se passe le processus d’application?DG: Il faut simplement l’appliquer avec un vaporisateur ou un pulvérisateur, idéalement avec une certaine pression, pour que le produit pénètre et entre dans les matières.PM: À quel endroit doit-on faire le gros du travail pour la cigarette?DG: Il est très important de nettoyer l’appartement au complet et de ne rien oublier. Supposons un processus où la personne procède de façon très minutieuse, on peut facilement calculer une journée ou une journée et demi de travail. Ce qui arrive parfois est que l’odeur peut revenir par les prises électriques ou les fixtures au plafond donc, à ce moment-là, nous allons intervenir avec de l’équipement plus spécialisé pour passer une fumigation entre les murs. Une personne peut frotter et tenter de laver son logement, mais si l’odeur est prise entre les murs, à ce moment, une intervention est requise pour aller décrocher les molécules d’odeur de cigarette.PM: De moins en moins de personnes fument aujourd’hui, mais pendant que nous parlons de fumée, avez-vous un produit pour le cannabis?DG: Oui, nous sommes encore en train d’expérimenter et tester, mais nous travaillons très fort afin de peaufiner le produit. Nous ne sommes pas encore à l’étape où nous sommes en mesure d’en vendre aux propriétaires d’immeubles, mais nous sommes en train de le développer. Nous participons au développement avec des chimistes spécialistes des odeurs. Il s’agit vraiment de produits sur mesure selon les besoins des gens.PM: L’odeur de chat est probablement l’autre chose que nous voyons très souvent. Il y a de moins en moins de tapis aujourd’hui donc qu’est-il possible de faire pour éliminer les odeurs d’urine qui peuvent avoir pénétrées à travers le bois?DG: L’urine de chat dans le bois peut être plus difficile à neutraliser, surtout si le bois est très imbibé. Par contre, pour des matériaux moins poreux nous allons être en mesure de bien neutraliser les odeurs d’urine. Nous avons un produit qu’il est possible d’utiliser sur des tissus ou tout ce qui peut être mouillé. Notre second produit peut être utilisé sur des moquettes, divans, matelas, etc. Il s’agit du même produit pour les chiens et les chats. Nous sommes aussi en mesure de faire disparaître les odeurs de mouffettes pour les propriétaires qui sont au prise avec ce problème.« Cela permet aux propriétaires d’économiser énormément sur les coûts de remplacement, car c’est une solution qui sera beaucoup moins coûteuse que de devoir tout arracher. » – Patrice MénardPM: Pour les souris et les rats que tu as mentionné tout à l’heure, à quel moment doit-on intervenir ?DG: Nous avons deux produits avec lesquels nous pouvons travailler. Si la source est à l’intérieur des murs, nous allons appliquer le produit et ce dernier va émettre une odeur, mais il faut quand même trouver la source en localisant les cadavres.PM: Y’a-t-il un danger pour la santé des locataires en utilisant ces produits?DG: Non, il n’y a pas de danger pour la santé des locataires. Aucun produit n’est dangereux ou toxique. L’idéal reste de ventiler après avoir appliqué les produits car ils sont tout de même très odorants cependant il n’y a aucun danger à rester dans la pièce après l’application.PM: Doit-on tenter de régler le problème par nous-mêmes en premier lieu et vous appeler par la suite ou vous contacter dès le départ et utiliser vos produits? À quel moment est-ce idéal de vous appeler?DG: Si les propriétaires sont confrontés à des problèmes d’odeur, il est préférable de nous contacter le plus rapidement possible avant d’utiliser d’autres types de produits car certains produits peuvent causer des incompatibilités de molécules donc cela rend notre travail plus ardu.PM: Les coûts sont toujours une question importante donc vous offrez le service afin de le faire vous-mêmes, mais aussi la vente de produit. À ce moment, le propriétaire peut donc tenter de le faire par lui-même afin de sauver des coûts, mais en ayant accès directement au produit il peut l’appliquer. Quel serait l’idéal selon toi?DG: Dans la plupart des situations, je vais vendre les produits avec des conseils et des façons de faire, la majorité du temps au téléphone, sans procéder à l’application. La majorité du temps, cela fonctionne bien, mais il peut y avoir certains cas dans lesquels les odeurs vont revenir. À ce moment, nous entrons en jeu et utilisons de l’équipement plus spécialisé afin d’éliminer définitivement les odeurs.PM: Le mot définitivement est important car, même si l’on sauve des coûts en le faisant nous-mêmes, si l’odeur revient sans cesse ce ne sera pas moins cher. Pour les produits comment les gens peuvent-ils se les procurer?DG: Les gens m’appellent donc les propriétaires d’immeubles peuvent communiquer avec moi au 418-650-6658. Il s’agit de la meilleure façon pour me rejoindre. En ce qui concerne les coûts, les produits se situent entre 50 à 200$, mais nous croyons que c’est très peu pour régler un problème de façon permanente.PM: Cela permet aux propriétaires d’économiser énormément sur les coûts de remplacement, car c’est une solution qui sera beaucoup moins coûteuse que de devoir tout arracher. Merci à Daniel Gingras de nous avoir offert son temps et ses précieux conseils pour l’écriture de cet article ainsi que l’entrevue vidéo. J’invite les gens à communiquer avec lui pour toute question. L’entrevue est disponible sur notre page Facebook : Patrice Ménard – Multi-logements ou sur notre site web : patricemenard.com